J’ai un parcours atypique

Aie ! Ça commence mal alors ? Et on a même carrément l’impression que c’est un problème, non ? Il est vrai que le mot est assez mal connoté ! Pourtant quoi de plus normal ? Et surtout comment en faire une force?

Qu’est-ce qu’un parcours typique ?

Voilà la question à se poser en priorité ! Posez-là autour de vous et observez. Que va-t-il se passer ? Après un silence, quelques réponses émergeront. « Quand on a un seul métier », « quand on a fait toutes ses études d’un coup », « quand on évolue progressivement [sans retard] » (je n’invente aucune de ces réponses).

En résumé donc, un parcours typique est celui d’une personne qui après des études sans le moindre écueil et dans une seule filière, se met à travailler immédiatement dans sa branche, et qui là, évolue régulièrement, ni trop vite ni trop lentement. Bien sûr il ne lui arrivera rien de toute sa carrière puis il prendra enfin sa retraite à l’âge légal. Une carrière idéale ? A quand remonte la dernière fois que vous avez croisé quelqu’un avec ce profil ? Combien de personnes dans votre entourage peuvent s’en prévaloir ? Tout se passe comme si nous courrions après un idéal imaginaire (pas nécessairement souhaitable d’ailleurs !) qui n’existe plus, voire qui n’a jamais vraiment existé.

L’atypisme est mort, pas la différence !

Ainsi, il n’y a qu’une minorité de personnes qui possèdent un parcours « typique ». Ce qui signifie donc que vous êtes normal (au sens strict : dans la norme), en somme. Comme tout le monde, alors ? Pas tout à fait ! Plutôt : UNIQUE ! Oui, votre parcours est différent ! Effectivement, il n’est pas linéaire ! Eh oui, si on le prend dans son ensemble sans explication, il peut même paraître difficile à suivre ! Mais c’est tant mieux car : ce qui vous rend unique, vous rend intéressant !

Pourquoi ne plus employer ce mot ?

Quand on dit : « mon parcours est atypique », on porte un double jugement. Sur soi d’abord, sur les autres ensuite. Tout d’abord, si on se sent le besoin de l’affirmer en préalable, c’est pour prévenir son interlocuteur. De quoi ? Que ce n’est pas commun, peut-être difficile à suivre ? Quelle entrée en matière ! Presque une excuse pour commencer sa présentation ! On peut faire mieux, non ? 😀 Mais je le disais, au-delà de cet aspect, on porte aussi un jugement sur les autres : si vous avez jugé votre profil (manifestement pas en termes élogieux) vous projetez sur votre interlocuteur ce jugement supposé. Ne pourrait-on lui laisser une chance de se faire sa propre opinion ?

Arrêtons d’employer ce mot par commodité de langage, car à force de vouloir rentrer dans un moule (qui n’existe pas) nous risquons bien de nous déformer !

Je vous laisser avec cette idée (et apporter votre commentaire !) : votre « atypisme » est votre plus grande force et devrait être la base de votre storytelling professionnel 😉

Publié par Loetissia Gueugnon-Gillet

Coach carrière certifiée, passionnée par le monde de l'entreprise, la formation, la communication, les neurosciences, toujours heureuse d'apprendre. ;)

Laisser un commentaire

Prendre contact